Quand on pense à l’architecture résidentielle québécoise, une expression nous vient généralement à l’esprit: « la maison de style québécois ». Pourtant, dans la nomenclature des styles qu’on trouve sur notre territoire, il n’y a pas de style dit « québécois » proprement dit. On parle plutôt du néoclassicisme québécois.

Néo-classique réfère à la popularité des formes antiques dites classiques, chères aux grecs et aux romains. Les triangles, l’usage de colonnes, la symétrie des dessins, la « couleur  » blanche, autant de particularités dites classiques lesquellesfurent appliquées à compter du 18ème siècle par les nobles et bourgeois anglais.

Voici, au sujet du deuxième presbytère de Deschambault (photo ci-haut) un extrait du projet de livre Les presbytères anciens du Québec (à paraître en 2018):

« Situé juste à côté du vieux presbytère Deschambault, le bâtiment qui a succédé à ce dernier en 1872 représente la variante «à versants droits», à galerie sous corniche, du style néo-classique québécois. Il faut faire le tour du bâtiment pour constater que le mur nord du corps principal est revêtu d’un matériau moderne, alors que son corps secondaire montre la pierre de ses murs, côté ouest et côté sud.

La municipalité de Deschambault occupe le presbytère, ce qui lui assure probablement, dans un village au patrimoine bâti aussi riche, une garantie de bon entretien et de pérennité. Non loin de là, le magasin général Paré vaut lui aussi un arrêt. »