(Image:copie, de source archivistique indéterminée, d’une ancienne photo de la Maison Leroux de 1830)

Au coin de la rue du Portage et du boulevard L’Ange-Gardien, à L’Assomption, il y avait autrefois une grande maison de style monumental, semblable à plusieurs égards au manoir de Barthélemy Joliette, qui avait été construite par Laurent Leroux, marchand du village. Ce dernier tenait en face de cette maison un magasin, bâti en 1803, et qui existe encore ne nos jours.

Cette photo montre bien que cette construction a dû coûter une petite fortune à son propriétaire, qui par ailleurs en avait largement les moyens. Leroux avait hérité de son père, mort en 1792. Il était revenu du Nord-Ouest en 1794, avec des bonnes épargnes amassées grâce à ses activités d’employé-traiteur de fourrures. Au cours des premières décennies du 19ème siècle, le boom du commerce du blé lui fut très favorable.

Or, selon les historiens locaux, Leroux n’aurait pratiquement pas habité son « manoir », préférant l’ancienne maison de bois de son père à laquelle il avait fait annexer le magasin de pierre de 1803. Nous croyons que cette assertion doit être mise en doute. La vérité pourrait être beaucoup plus nuancée.

Christian  Roy (Histoire de L’Assomption, 1967) rapporte que Leroux aurait loué à une famille Douaire de Bondy, puis au juge Mondelet. Il se réfère à cet égard aux écrits plus anciens d’Aimée Faribault et de l’abbé Poulin.

….à suivre