Le 30 juin 1692, une affaire cocasse était réglée par le Conseil souverain de Québec. Elle concernait une cassette, contenant la coquette somme de 1000 livres (valant disons 10 paires de boeufs, ou encore une pleine garde-robe de dame), qu’une certaine Françoise Roussin aurait donnée avant sa mort, survenue en décembre 1691.


Transcription du texte avec orthographe modernisée : «Vu la requête présentée en ce Conseil par Louis LePage, Nicolas Drouin, Antoine poulet, Pierre Roberge, Etienne Drouin et Jean Gagnon à cause de leurs femmes filles et héritiers de défunts Pierre Lognon (Loignon) et Françoise Roussin, lesdits Roberge et Etienne Drouin présents,

ladite requête contenant que ladite défunte Roussin quelques jours avant son décès arrivé le second décembre dernier, aurait déposé en les mains d’une personne à eux inconnue, une cassette où il y avait une somme de mille livres en argent, de quoi ayant été avertis par Charles Lognon (Loignon) leur beau-frère, ils seraient venus à l’Hôtel-Dieu en cette ville, où ladite Roussin est décédée, et auraient appris que le sieur Dupuy procureur du Roi en la prévôté d’icelle avait reçu ses dernières volontés, et s’étant adressés à lui, ils auraient su de lui que ladite somme de mille livres était entre les mains d’une personne à lui connue, mais que ladite défunte lui avait déclaré qu’elle la donnait audit Charles Lognon (Loignon) son fils, à la charge qu’il n’en parlerait pas à ses beau-frères et soeurs, et que s’il en parlait, elle serait partagée entre eux également, et sur ce ledit Charles Lognon (Loignon) aurait déclaré audit sieur Dupuy qu’il ne voulait pas avoir plus qu’eux, et qu’il était d’accord que ladite somme fut partagée. « 

Le jeune Loignon, encore mineur, est conseillé par un tuteur, mais néanmoins il a du caractère et de l’honnêteté. Le partage a eu lieu, et la bonne entente s’est maintenue.

ANQ, TP1,S28,P4138, Fonds Conseil souverain

 Photo d’archives: maison ancienne, Île d’Orléans