Sur la famille de ma mère, les Drainville/De Rainville, j’ai des notes de recherche sérieuses. Celle-ci, qui vient de Mona Andrée Rainville , est par contre amusante et particulièrement imagée. Elle concerne une fille de l’ancêtre Paul de Rainville, Marie, épouse de Nicolas Bellanger, du vieux Beauport.

« Ainsi, en 1695, son voisin Pierre MOREL s’insinue contre elle pour se plaindre de ce que Marie, «ne pouvant souffrir aucune des volailles du suppliant autour de chez elle» les tue et les garde après les avoir tuées. Marie sera condamnée à faire cuire un pâté de poulet et à le présenter à son voisin en gage de dédommagement, tandis qu’il sera ordonné au voisin de voir à entretenir sa clôture afin d’empêcher ses poules d’envahir le jardin de la veuve BELLANGER. En 1710, n’ayant plus la force d’entretenir elle-même sa métairie du village de Saint-Michel de Beauport, elle la loue au laboureur Charles PARADIS qui s’engage en retour à lui fournir le blé froment, les pois et avoine, et le bois de chauffage qu’elle requiert, et à entretenir les clôtures. Cette entente ne durera que le temps d’une seule récolte, Marie de RAINVILLE s’étant éteinte subitement le 7 novembre 1711. »

La photo ci-haut est de la maison Girardin, qui faisait face à celle de Marie. Aujourd’hui animée par la Société d’Art et d’Histoire de Beauport.

Crédit photo:© Bibliothèque et Archives nationales du Québec