Premier couple à paraître dans le registre des mariages de l’Île d’Orléans, François Ferland et Jeanne-Françoise Milloir ont d’abord tenu maison sur une ferme de Saint-Pierre louée du sieur Denis Roberge, de Québec. En 1685, ils demeuraient non loin de là dans une maison achetée de Jean Badeau l’année précédente.

Le texte à paraître du Tome 2 du livre Du Poitou à l’île d’Orléans, contient (p.11) l’extrait suivant:

« Le confort de cette maison Badeau surpassait celui de la maison où Jeanne-Françoise et ses enfants avaient vécu avec son premier mari Jacques Paradis. Cette dernière résidence était décrite à l’inventaire de 1679 comme une simple « cabane ». Badeau avait vingt arpents en culture en 1681, probablement davantage au moment de l’acquisition de sa terre par François Ferland. Jeanne-Françoise avait vécu son veuvage chez sa soeur Geneviève et non pas dans la maison du défunt Jacques Paradis. C’est de cette habitation dont l’aîné François Ferland fils héritera en 1708, par ‘donation entre vif ‘ de ses parents, avec droit de continuer à y habiter leur vie durant. »

Cette maison était le coeur d’un établissement de production agricole qui nourissait la petite famille du couple, tout en leur laissant quelques excédents à vendre au marché de Québec.