Plusieurs d’entre vous aimez les Fêtes de la Nouvelle-France. Mais on y montre surtout la vie « en ville » à cette époque.

Dans les campagnes de Nouvelle-France, on a longtemps été dépendant des marchands des villes de Québec, Montréal et Trois-Rivières, où la présence de marchés de denrées permettait aux habitants de troquer leurs oeufs et leur poulet contre des pièces de tissus et des épices. Mais vers 1750, quelques marchands se sont établis dans les premiers villages que la culture du blé rendait prospères.

Ce fut le cas de L’Assomption (Saint-Pierre-du-Portage). Son premier véritable marchand général, fils d’un commerçant de grains et farines ruiné par la première prise de Louisbourg, vint y ouvrir sa boutique près de l’église, sur la rue Saint-Étienne. Il reste sur la même rue quelques maisons de pierre qui témoignent de cette époque. Sur la photo ci-haut, toutefois, le toit a été modifié et n’est plus de style français.