Vous savez déjà que Ville N. souffre, en matière de gestion de son patrimoine, d’une sorte d’indifférence semi-consciente.

Voici la partie finale (recommandations) d’un mémoire que  j’ai fait parvenir en septembre 2019 et à nouveau au début de 2019, à deux divisions de Ville N. Aucune réponse à ce jour. On se renvoie la balle, et un Comité pourrait, dit-on, s’en saisir un de ces jours…

« Des actions significatives découleraient logiquement du substrat de principes et des valeurs redéfinis:

  • publication de l’inventaire du patrimoine immobilier 
  • élaboration de critères de citation
  • citations de bâtiments répondant aux critères
  • quelques petites zones patrimoniales à établir
  • mise en oeuvre d’un programme de sensibilisation «grand public» sur la valeur du patrimoine et la nécessité de sauvegarder et mettre en valeur.

À l’inverse, il faut bien se rendre compte que ne pas avoir de programme de cet ordre finirait par faire paraître la plus grande Ville de Lanaudière, la plus ancienne aussi, comme une anomalie dans sa propre région. »

Je l’ai presque nommée. Bon, à la fait, je lui devais bien ça.