À Sainte-Élisabeth, à proximité de la jonction entre la rue Principale et la rue Saint-Thomas, deux maisons anciennes et fort intéressantes par leur architecture, rappellent la présence à une certaine époque, de notaires qui ont tenu là, en plus de leur pratique notariale, des services d’agence bancaire.

Au coin ouest de la rencontre des deux rues, un construction en brique d’inspiration italienne et électique, comporte une rallonge où le notaire Avila Barette, qui a fait construire la maison en 1915, a tenu l’agence locale de la Banque Canadienne Nationale.

De l’autre côté de la rue, bordant le Parc des Aînés à l’est, la maison dite Auguste Dufresne, aussi en brique, est d’inspiration néo-gothique et pittoresque. Le notaire Pierre-Léon Casaubon l’a occupée pendant longtemps. Il a tenu là l’agence de la Banque Canadienne Nationale, après le notaire Barette dont il avait acquis le greffe. Une tante de l’auteur, Thérèse Drainville, y fut employée avant de devenir religieuse. Elle m’a raconté qu’après elle, une des filles du notaire a été victime d’un braquage par des voleurs. Le notaire a fermé l’agence suite à cet incident.