(photo de l’importante Maison Larose, démantelée par la Ville de Repentigny. Collection Claude Ferland)

En cette fin d’année 2019, je cherche un souhait « culturel » à tous ceux et celles de mon réseau de parents et amis. Avant de l’énoncer, il faut une petite explication.

Je suis fatigué de lire dans les journeaux des histoires de maisons patrimoniales démolies ou en péril. Sans compter les menaces croissantes sur notre patrimoine institutionnel, belles églises, couvents, presbytères, édifices commerciaux ou industriels, et j’en passe.

Quelle sorte de petit peuple sommes-nous devenus pour laisser aller tant de ces bâtiments que les générations antérieures ont élevés avec goût et à grands frais, pour doter notre pays d’architecture belle et fonctonnelle?

Est-ce l’américanisme? Le manque de connaissances ou d’intérêt, ou encore de goût? Est-ce du même ordre que notre dérive pernicieuse vers la chanson anglophone?

On parle de manque de fonds. Je dis manque d’organisation des forces vives en patrimoine, je dis manque de culture en fait.

Pour 2020, je souhaite aux Québécois et Québécoises qui se plaignent de voir aller nos joyaux d’architecture, je souhaite simplement que vous agissiez. Je pense l’avoir fait, en publiant livres et chroniques, en rebâtissant une société de patrimoine en péril. Et j’en paye le prix.

Alors, voyeurs et plaignards, s’abstenir svp.